L’année 2013-2014 a vu les premières expériences de MOOCs organisés par l’UCL. Quatre cours au format MOOC ont été diffusés via la plateforme edX : deux cours de niveau Bac, deux cours de niveau master; deux en français, deux en anglais. Des apprenants du monde entier se sont joints aux étudiants UCL pour apprendre avec eux, formant une grande communauté internationale.

Comment les étudiants ont-ils vécu cette expérience ?

D’après les échos recueillis, ils y ont vu des avantages :

  1. Le plaisir d’être immergés dans une communauté internationale. Pour certains des thèmes abordés (la science politique, les droits de l’homme internationaux, les politiques locales de gestion des ressources naturelles…), les interactions avec des étudiants internationaux ont permis des apports d’informations riches car porteurs d’expériences et de points de vue différents.
  2. L’émulation d’être confrontés à des participants très motivés. En effet, les participants qui s’investissent plusieurs semaines dans un MOOC n’ont aucune autre raison de le faire que leur intérêt personnel pour la matière abordée. Ils ne perdent rien à quitter le MOOC; s’ils restent, c’est qu’ils sont vraiment enthousiastes ! Ces participants motivés posent des questions de fond, partagent des expériences personnelles, interpellent les autres étudiants, répondent aux interpellations… C’est une vague de motivation qui dynamise l’ensemble de la communauté d’apprentissage.
  3. L’intérêt de pouvoir visionner, à plusieurs reprises et en effectuant des pauses, les vidéos des professeurs expliquant la matière, et ce, jusqu’au jour de l’examen !
  4. L’obligation de se mettre à étudier de manière régulière dès le début du quadrimestre (plutôt qu’au moment du blocus), pour respecter le découpage en semaines du MOOC. Certains étudiants ont découvert que cela était favorable à leur apprentissage 😉

Le point de vue des professeurs

Les professeurs ont exploité le MOOC comme une des activités d’apprentissage de leur cours. Ils ont continué à donner cours en auditoire selon le principe de classe inversée : les étudiants regardaient les vidéos et réalisaient les exercices en ligne avant de venir au cours; en salle de classe, les professeurs proposaient des compléments (approfondissements), des exercices supplémentaires, des cas d’application…

Comme les cours prévus dans les programmes UCL sont plus volumineux en charge de travail (crédits) que les MOOCs, les étudiants ont eu des séances en auditoire avant et après les semaines du MOOC. Ils ont également eu un examen « ordinaire », en salle de cours, à la fin du quadrimestre.

Lors d’un atelier de témoignage, le 28 avril 2014, certains professeurs ont partagé la manière dont ils ont perçu l’implication de leurs étudiants dans leur MOOC :

  • une participation active dès le début du quadrimestre, à la fois dans les activités en ligne (le MOOC) et lors des interactions dans l’auditoire. En effet, le fait d’avoir « travaillé » la matière avant de venir au cours a permis aux étudiants d’avoir davantage de choses à dire pendant les séances de cours : interpellations, questions…
  • des initiatives de regroupements pour regarder les vidéos à plusieurs
  • des interactions enrichissantes avec les participants internationaux
  • dans certains cas, de meilleures notes à l’examen final que les étudiants des années précédentes

Quelques chiffres à retenir

Quand on parle de MOOCs, les chiffres apparaissent comme une préoccupation fondamentale : Combien d’inscrits ? Combien de certificats émis ? Discutons donc des chiffres des premiers cours LouvainX…

Pour rappel, quatre cours ont été organisés au format MOOC durant le printemps 2014, via la plateforme edX :

  1. Paradigms of Computer Programming, cours de niveau bac, en anglais. Ce cours a été utilisé avec les étudiants UCL avant son ouverture en tant que MOOC, entre septembre et décembre 2013, comme l’explique la publication jointe.
  2. International Human Rights, cours de niveau master, en anglais. Il a été exploité par son auteur dans le cours UCL en auditoire (environ 60 étudiants UCL), selon un principe de classe inversée.
  3. Découvrir la science politique, cours de niveau bac 1, en français.  Également exploité par deux de ses auteurs dans leur cours UCL, selon le principe des classes inversées (deux auditoires d’environ 80 et 500 étudiants).
  4. Ressources naturelles et développement durable, de niveau master, en français. Également exploité par son auteur dans le cours UCL (une quarantaine d’étudiants).

 

Les chiffres

Louv1x Louv2x Louv3x Louv4x Total 4 cours Moyenne edX
Inscrits 21 643 18 904 7 667 4 551 52 765
Actifs (/nombre d’inscrits) 1 832 (8%) 1 563 (8%) 1 578 (21%) 382 (8%) 5 355 (10%) 10%
Certificats (/nombre d’inscrits) 436 (2%) 900 (5%) 1 363 (18%) 311 (7%) 3010 (5,7%) 5,8%
Certificats (/nombre d’actifs) 24% 58% 86% 81% 56% 57%


Taux d’apprenants actifs dans les MOOCs

Ces cours ont rassemblé un grand nombre d’inscriptions : environ 20 000 pour chacun des MOOCs en anglais; 7500 et 4500 pour les deux cours en français. Soulignons qu’il s’agissait des premiers cours en français sur edX !

Première surprise quant aux chiffres : le nombre d’inscrits est loin de refléter le nombre d’apprenants qui vont effectivement démarrer ne fût-ce que une activité d’apprentissage. Ceux-ci s’élèvent, en moyenne pour les cours sur edX, à 10% des inscrits. NB : edX considère un étudiant comme actif quand il a réalisé au moins un devoir de la deuxième semaine de cours.

Ainsi, bon nombre des inscrits peuvent s’apparenter à des personnes qui, dans une librairie, feuillettent un livre puis le laissent sur le présentoir sans l’acheter. On peut comprendre ce phénomène : actuellement, la seule façon de « voir » à quoi ressemble un MOOC est de s’y inscrire, d’où les chiffres énormes d’inscription. Peut-on s’attendre à ce que ces chiffres diminuent dans les prochains mois, quand la curiosité de la majorité du public aura été satisfaite, pour se rapprocher petit à petit d’un chiffre reflétant plus réellement le nombre de personnes qui ont l’intention d’apprendre en participant au MOOC ? D’ailleurs, de plus en plus souvent, l’apprenant est invité à exprimer, au moment de son inscription, s’il a l’intention d’auditer le cours (c’est-à-dire de juste le regarder) ou bien de poursuivre un certificat.

Taux de certification

Les quatre premiers MOOCs LouvainX ont délivré, ensemble, 3010 certificats. Ce sont donc autant de personnes qui se sont engagées dans des activités d’apprentissage, plusieurs heures par semaine pendant 6 à 10 semaines. Certains l’ont fait dans le cadre d’un cours (voir ci-dessous), d’autres par pure motivation intrinsèque (rappelons que les certificats délivrés à la fin des MOOCs ont une valeur purement symbolique). Parmi les motivations exprimées par les apprenants : le plaisir de découvrir une nouvelle discipline, la curiosité de vivre un cours en ligne, le besoin d’acquérir des connaissances pour son développement professionnel… Une belle contribution à la société de l’apprentissage tout au long de la vie, donc !

Les publications autour des MOOCs s’attachent généralement au pourcentage de certificats obtenus par rapport au nombre d’inscrits. Mais, si l’on prend en compte que la grande majorité des inscrits ne démarre en réalité jamais les activités d’apprentissage, le taux de certification calculé de cette façon a-t-il encore un sens ?

Ne vaudrait-il pas mieux comparer le nombre de ceux qui terminent un MOOC au nombre de ceux qui l’ont réellement démarré ? Ainsi, dans les MOOCs LouvainX, de 24 à 86% des participants actifs ont obtenu un certificat !

Nombre de pays touchés

Les enquêtes de profil proposées, à titre facultatif, au démarrage des 4 cours montrent que les cours ont touché un grand nombre de pays (entre 87 et 172) ! Les USA, le Canada, l’Espagne et le Brésil sont dans le top 10 des pays ayant rassemblé le plus de participants dans les 4 cours LouvainX. Les deux cours francophones ont, en partie, touché des pays différents des cours anglophones, comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessous. En rouge : les top 10 des pays ayant rassemblé le plus d’inscrits, pour chacun des cours.

Implication sur les étudiants UCL

A l’UCL, plusieurs MOOCs ont été exploités par leurs auteurs dans leurs cours en auditoire, avec leurs étudiants UCL. Ainsi, sur 1 363 certificats délivrés par le cours Louv3x, 590 (soit 36%) l’ont été à des étudiants UCL. La réussite du MOOC requérant de travailler de manière régulière tout au long des 6 semaines de cours en ligne, on peut se réjouir de savoir que ces 590 étudiants de Bac 1 ont contrecarré la tradition qui veut que, à l’université, on ne commence à étudier qu’à l’approche du blocus 😉

Ce chiffre illustre l’objectif que poursuit l’UCL d’amélioration des cours sur campus au travers des MOOCs.

Alors, MOOC et enseignement sur campus, une complémentarité enrichissante ? Qu’en pensez-vous ?