En cette fin de quadrimestre où il reste 4 semaines de cours à distance, de nombreux enseignants se posent les questions essentielles suivantes, regroupées en deux grandes catégories :

  • Comment organiser les dernières séances de cours d’une façon qui soutiennent au mieux l’apprentissage visé ? Quels contenus matière et compétences doivent absolument être travaillés ? Quelles activités de formation privilégier ?
  • Comment évaluer, à distance, les acquis des étudiants ? Sur quels contenus, compétences porte l’évaluation ? Par rapport à ces contenus, quel niveau de maîtrise est attendu (restitution, compréhension, application, esprit critique, synthèse …) ? En d’autres mots, quels sont les acquis d’apprentissage de mon cours ? Quel niveau de maîtrise de la matière y est attendu ?

Premier concept clé : les acquis d’apprentissages essentiels et incontournables

Lors de ces réflexions, une question cruciale et sous-jacente à se poser est la suivante : Quels sont les apprentissages (AA) essentiels et incontournables que tout étudiant doit absolument maîtriser au terme de ce cours (le seuil de maîtrise minimal requis pour réussir ce cours), et qu’est-ce qui est de l’ordre du perfectionnement ?

Pour répondre à cette question, Wiggins et Mc Tighe [Wiggins e.a. 2005] proposent de distinguer 3 catégories d’acquis d’apprentissage :

  • Acquis d’apprentissage essentiels (« Enduring understanding ») : acquis incontournables non négociables que tout étudiant doit absolument maitriser au terme du cours. Il s’agit des concepts et méthodologies au cœur de la discipline enseignée, des actes techniques principaux et prioritaires … que l’étudiant doit absolument maitriser pour la suite de son parcours de formation ou en vue des attendus indispensables (et non négociables) à l’entrée du monde socioprofessionnel. Ces acquis doivent absolument être travaillés par les étudiants à travers le dispositif de formation mis en œuvre. Ces acquis constituent le seuil de maîtrise minimal requis pour réussir ce cours. La maîtrise par les étudiants de ces AA essentiels doit absolument être évaluée. Si l’étudiant ne maîtrise pas ces acquis, il ne peut réussir ce cours et en être crédité. Un exemple concret de questions relatives à ce type d’acquis type sont les questions létales en médecine.
  • Acquis d’apprentissage importants, souhaitables, mais pas indispensables pour tous (« Important to know and do ») : acquis d’apprentissage qui, sans être essentiels, visent un apprentissage plus poussé. Il peut s’agir d’acquis nouveaux par rapport aux acquis centraux (essentiels), mais aussi d’acquis centraux avec un niveau de maitrise/performance plus élevé que ce qui est attendu au niveau du seuil de réussite minimal requis. Il n’est donc pas requis que tous les étudiants maitrisent tous les AA importants pour réussir le cours. Faire preuve de la maitrise d’un ou de plusieurs de ces AA lors de l’évaluation pourrait être la condition pour une réussite avec garde (ex. distinction).
  • Acquis d’apprentissage utiles, intéressants, mais non essentiels (« Worth being familiar with ») : acquis d’apprentissage que seuls certains étudiants atteindront.

Dans le contexte actuel de passage en ligne obligé des cours, la distinction entre ces trois catégories d’AA est d’autant plus indispensable. Pour réaliser ce « tri », n’hésitez pas à en discuter avec vos collègues pour lesquels votre cours est un prérequis ainsi qu’avec les collègues qui ont des acquis identiques ou similaires aux vôtres travaillés dans leurs cours.
Les AA essentiels et incontournables identifiés seront votre guide pour réfléchir et concevoir vos dernières séances de cours et les activités de formation qui y sont liées (séances de TP, devoir à remettre, forum …) ainsi que pour concevoir votre dispositif d’évaluation.

Prenons un exemple : un cours XXX ayant basculé en ligne, suivi par 300 étudiants, où deux des acquis d’apprentissages essentiels sont les suivants :

    • utiliser les techniques d’inférence statistique avec toute la rigueur exigée par la technique concernée
    • identifier la technique d’inférence statistique la plus pertinente à utiliser en regard de la question posée et de l’échantillonnage.

Le dispositif en ligne ne permettant pas de réaliser ce qui avait été prévu en présentiel, l’enseignant a déterminé que ces deux acquis essentiels sont bien tous les deux essentiels avec la même importance. Il a donc décidé d’adapter son dispositif comme suit :

    • 9 techniques d’inférence statistique, sur les 12 prévues dans le dispositif initial en ligne, seront travaillées avec les étudiants sur ce quadrimestre, en ayant bien veillé à ce qu’au moins 2 techniques pour chacune des 4 grandes catégories de techniques soient vues. L’enseignant se dit que si les étudiants ont appris à maitriser 9 techniques, ils pourront d’eux-mêmes en apprendre d’autres. Il préfère viser un apprentissage plus en profondeur de quelques techniques qu’un apprentissage superficiel d’un nombre plus important de techniques.
    • En ce qui concerne l’identification de la technique d’inférence statistique la plus pertinente à utiliser en regard de la question posée et de l’échantillonnage, l’enseignant sait par expérience que cette compétence est difficile à acquérir chez les étudiants. Il décide donc de bien réserver dans les cours et séances de TP qu’il lui reste des moments pour travailler cette compétence par les étudiants. L’une des dernières séances de cours sera d’ailleurs consacrée à la correction avec les étudiants de questions d’examens relatives à cette compétence en expliquant bien aux étudiants le niveau de rigueur attendu dans la justification du choix de la technique.

Deuxième concept clé : l’alignement pédagogique

Lors de ces réflexions et conceptions, un autre concept clé pour vous guider est celui de l’alignement (Biggs and Tang, 2011 ; carnet de l’enseignant, pp 74-76) entre les acquis d’apprentissages visés par le cours, les apprentissages effectivement évalués à travers le dispositif d’évaluation et les apprentissages que les étudiants ont effectivement travaillés et développés à travers les activités de formations qui leur ont été proposées.

En regard des acquis d’apprentissage visés par votre cours et ce que vous souhaitez évaluer, les questions suivantes sont à se poser :

  • Toute la matière prévue initialement a-t-elle été enseignée ? Certains concepts/auteurs/notions … ont-ils été omis ou vus de manière plus superficielle que d’habitude ?
  • Le passage de l’enseignement à distance a-t-il modifié la méthode d’enseignement de telle façon que cela a impacté l’apprentissage des étudiants notamment en ce qui concerne les AA plus complexes (esprit critique, analyse, synthèse). Par exemple, pour les séances d’exercices à distance où les étudiants ont moins la possibilité d’interagir, il est possible que les étudiants aient été moins bien formés.

Les réponses à ces questions sont à prendre en considération pour ajuster la liste des AA à évaluer et rédiger vos questions d’examen.

Si nous reprenons notre exemple de cours repris ci-dessus portant sur les techniques d’inférence statistiques, les techniques non vues en cours ne feront pas partie de l’examen et l’enseignant en informera les étudiants. Autre exemple, un cours YYYY où l’esprit critique (l’un des AA essentiels) a été travaillé avec les étudiants uniquement sur les chapitres dispensés en présentiel (avant le confinement), l’examen contiendra une question « esprit critique » qui portera uniquement sur la matière de ces premiers cours et les étudiants en seront informés.

Bibliographie

Wiggins, G., & McTighe, J. (2005) Understanding by design (2nd ed.). Alexandria, VA: Association for Supervision and Curriculum Development ASCD.

Biggs, J. and Tang, K. 2011. Teaching for quality learning at University. 4th ed. Maidenhead: Oxford University Press.