« L’université nous lâche dans la nature … elle ne nous prépare pas suffisamment à trouver un emploi ».Cette affirmation, nous l’entendons souvent dans la bouche des étudiants qui terminent leurs études.

« Nous devons transmettre un solide corpus de connaissances et développer chez nos étudiants la démarche scientifique ».Voilà ce qu’affirment nombre de nos enseignants.

Des activateurs pour stimuler la maturation personnelle et professionnelle des étudiants au cœur même de la formation

Grâce au soutien du Fonds de Développement Pédagogique de l’UCL, un projet a permis de mettre en lumière les dynamiques pédagogiques qui, dans les programmes de master, donnent aux étudiants l’occasion de se préparer à leur insertion dans la société. Des témoignages ont été recueillis auprès d’une trentaine d’enseignants qui ont permis d’enrichir et de valider ces dynamiques pédagogiques.

Les activateurs en quelques mots !

Proposer des moments de réflexivité

c’est donner l’occasion à l’étudiant de prendre du recul par rapport à ses pratiques, ses représentations, ses façons d’agir et d’apprendre en introduisant dans les dispositifs pédagogiques des instruments tels que le portfolio, le jeu de rôle, l’autoévaluation, l’évaluation par les pairs.

Exploiter la mixité du public (disciplinaire, culturelle ou professionnelle)

L’utilisation de la diversité de l’auditoire par l’enseignant peut contribuer au transfert de connaissances, à la confrontation des points de vue, au témoignage, à l’enrichissement mutuel entre les « groupes » d’étudiants, à améliorer la connaissance des milieux professionnels.

Donner des feed-back formatifs aux étudiants

Donner un feed-back à l’étudiant pour lui permettre d’ajuster et de renforcer ses apprentissages, en lui donnant des indications sur les points d’amélioration. L’évaluation formative aide l’étudiant à mieux se connaître, à améliorer ses façons d’apprendre et à situer sa progression dans l’acquisition de compétences.

Approcher le monde socio-professionnel

Approcher le monde du travail peut prendre diverses formes allant de l’invitation du monde du travail dans l’auditoire (témoignages de professionnels, études de cas, jeu de rôle) jusqu’à l’immersion des étudiants en milieu de travail lors d’un stage ou une visite d’entreprise.

Confronter l’étudiant à une diversité d’intervenants

Etre confronté à des intervenants différents amène l’étudiant à activer ses capacités d’adaptation, d’observation et d’intégration. Cela lui permet également de se confronter à de nouvelles réalités. L’hétérogénéité des intervenants peut prendre plusieurs formes comme le co-titulariat, les professeurs invités, les témoins du monde professionnel.

Utiliser des méthodes pédagogiques variées

La diversité de méthodes confronte les étudiants à des voies et des contextes d’apprentissage différents et conditionne l’acquisition de connaissances et le développement de compétences variées. C’est un vrai choix pédagogique des responsables de programme que d’encourager cette diversité.

Proposer aux étudiants des moments d’immersion professionnelle

L’immersion professionnelle permet aux étudiants d’appréhender les réalités du monde du travail, de faire des liens entre leur formation théorique et un terrain d’application, de mettre en œuvre des savoir-faire et des savoir-être et de développer des compétences professionnelles ou de préparer la transition formation universitaire – marché du travail.

Stimuler la pluridisciplinarité dans son programme

La pluridisciplinarité vise à donner aux étudiants différents points de vue et regards sur un même objet d’étude. Elle suscite l’ouverture à un champ de connaissance élargi et transversal pour dépasser l’unique savoir disciplinaire.

Susciter la découverte de contextes culturels et sociaux différents

L’internationalisation des programmes de formation a notamment pour but de mettre les étudiants en contact avec des réalités sociales et culturelles différentes. Cette confrontation est susceptible de faire évoluer leur identité, leur vocation et la connaissance qu’ils ont d’eux-même.

 

Découvrez sur les pages ISP tous les « activateurs » de préparation à l’insertion socio-professionnelle qui ont été identifiés à l’occasion de ce projet et des témoignages d’enseignants.

Préparer les étudiants à s’insérer : c’est quoi au juste ?

Préparer les étudiants à leur insertion ne signifie pas nécessairement leur transmettre des connaissances et leur faire acquérir des compétences qu’ils pourront mobiliser plus tard. Non, les préparer à cette transition, c’est sans doute chaque jour et par petites touches ou encore à des moments-clefs de leur cursus (choix de master, d’options, de stage, du mémoire, …) les éveiller à une connaissance d’eux-même plus diversifiée, les confronter au « monde » et les inciter à plus d’autonomie et de responsabilité. Ces démarches conduisent à stimuler la maturation de leur projet personnel et professionnel.